Quels groupes musculaires le tapis de marche fait-il travailler ?

Le tapis de course est un appareil de fitness souvent privilégié pour faire du cardio training à la maison. Mais ce que les runner ignorent c’est qu’il aide aussi à renforcer la musculature, en faisant travailler les jambes et les abdos. Aujourd’hui, la question qui se pose concerne les muscles que le tapis fait réellement travailler?

Les muscles sollicités sur un tapis de course

La pratique du tapis de marche permet de solliciter plusieurs muscles du corps, du haut en bas sans exception.

  • Le cœur est le muscle qui travaille le plus sur un tapis de course. En s’entraînant avec ce type de matériel, le cœur se fortifie, le rythme cardiaque s’améliore et la santé globale est meilleure.

Le tapis de course fait énormément travailler la partie inférieure du corps.

  • Les muscles des cuisses sont représentés par les quadriceps et les ischio-jambiers. Ces muscles sont sollicités tour à tour dans la course.

Les quadriceps sont un groupe de 4 muscles très volumineux situés sur la face antérieure de la cuisse. Ils travaillent ensemble pour détendre la jambe. Les exercices réalisés sur un tapis roulant permettent de tonifier et façonner ce groupe musculaire.

Les ischio-jambiers, constitués par le biceps fémoral, le demi-tendineux et le semi-membraneux, sont les muscles situés à l’arrière de la cuisse. Ils facilitent la flexion de la jambe sur la cuisse. Marcher sur un tapis incliné favorise le travail des ischio-jambiers.

  • Les muscles des mollets permettent l’impulsion durant la marche ou la course. Sur un tapis proposant une inclinaison, les mollets seront davantage étirés.
  • Les muscles fessiers travaillent pendant la course ou la marche. Ils seront davantage sollicités sur un appareil proposant une inclinaison. En effet, plus l’inclinaison du tapis est accentuée, plus le travail musculaire sur les muscles fessiers sera important.
  • Les muscles abdominaux (les obliques, les grands droits, le transverse) permettent le gainage de la région abdominale lors de la marche sur le tapis.
  • Les muscles lombaires jouent un rôle de gainage et de stabilisateur durant la course.
  • Les muscles des jambes : tous les muscles de la partie inférieure des jambes travaillent lors de la marche sur le tapis de course. Les muscles à l’avant des jambes permettent de soulever les orteils du sol au moment où il faut avancer la jambe. La pression musculaire est focalisée sur les mollets lorsque le pied est éloigné du sol à la fin d’une foulée.
  • Les autres muscles : bien que le tapis de course fasse travailler essentiellement les muscles de la partie inférieure du corps, quelques muscles du haut du corps peuvent être sollicités. Les muscles abdominaux et dorsaux sont travaillés en permanence pour garder le torse droit, surtout lorsque l’inclinaison augmente. Les muscles des épaules et des bras sont sollicités lorsqu’il faut effectuer le mouvement de balancement naturel accompagnant la marche.

Entraînement mollets

L’échauffement : essentiel pour tonifier les muscles

La phase de l’échauffement est essentielle pour la préparation des muscles et éviter de se blesser. Chaque séance doit débuter par une marche lente, puis la durée et l’intensité de la marche peuvent être augmentées progressivement. Le débutant doit consacrer une à deux séances de marche par semaine, à raison de 10 minutes par entraînement.

En fin de séance (marche ou course à pied), il ne faut pas négliger les étirements, essentiels pour prendre soin des muscles. Il s’agit ici d’étirer l’ensemble des groupes musculaires des membres inférieurs.

Des entraînements améliorés pour atteindre les objectifs

Le tapis de course n’est pas conçu pour aider les muscles à se développer. En effet, ce matériel, sollicitant principalement les muscles des jambes, les mollets et les fessiers, aide à raffermir, puis à tonifier les muscles.

Il est important de fixer la durée et la fréquence des entraînements selon l’âge, l’objectif, l’état de de santé, la progression et les résultats du runner. Il faut également adapter la durée de travail selon le temps libre et la capacité de récupération. Toutefois, un runner en bonne santé peut effectuer 3 séances hebdomadaires de 30 à 45 minutes.

Images : nordictrack.fr ; tapisdecourses.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *